La réduction des pertes d’eau (RPE) : Un important challenge pour l’ONEA

Dans les pays en voie de développement et émergents, entre 40 et 80 % de l’eau introduite dans les réseaux d’approvisionnement en eau est perdue tandis que près de 900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable en quantité suffisante en ce début du 21e  siècle. De plus,  la rareté et la qualité de l’eau font parties des premières causes de pauvreté, de maladies et de dégradation de l’environnement.

La question des pertes d’eau est un grand sujet de préoccupation  pour les sociétés d’eau. Pour mieux prendre en charge la question, une section Réduction des pertes d’eau (RPE), a été créée au sein de la direction de l’exploitation. Un projet sur la RPE est en exécution avec le soutien de la GIZ pour une maîtrise des pertes d’eau et l’amélioration du rendement du système de distribution.

Que faut-il entendre par  perte d’eau ?

Les pertes d’un réseau de distribution peuvent être définies, effectivement, comme la différence entre les volumes mis en distribution dans le réseau et les volumes consommés par les usagers. Ces pertes sont de différentes natures : elles peuvent provenir principalement des fuites sur le réseau, des erreurs de comptage des volumes ou des pertes liées aux processus commerciaux.

Qu’est-ce que la Réduction des pertes d’eau (RPE) ?

La réduction des pertes d’eau (RPE) est l’ensemble des actions coordonnées visant à circonscrire les pertes d’eau dans le domaine de l’inévitable. Elle se déploie sous plusieurs formes et sa mise en œuvre revient à agir sur : les pertes réelles et les pertes apparentes.

Les pertes réelles : Ce sont les volumes d’eau perdus à travers tous les types de fuites et débordements de réservoirs ; ces sont  classées selon leur localisation dans le système. La durée et l’étendue d’une fuite varie selon qu’elle est visible, cachée ou diffuse.

Ainsi, l’on  distingue :

–          les fuites provenant des conduites d’adduction et de distribution ;

–          les fuites au niveau branchement et compteur client ;

–          les débordements des réservoirs de stockage.

Ces pertes se manifestent à travers :

–          les fortes pressions non contrôlées dans les réseaux ;

–          la mauvaise qualité des conduites et des pièces de raccordement ;

–          la mauvaise qualité de mise en œuvre des travaux ;

–          la qualité des conceptions ;

–          la vétusté des canalisations ;

–          l’insuffisance de la maintenance ;

–           la non réactivité dans l’isolement rapide des fuites.

Les pertes apparentes : ce sont des pertes qui ne sont pas liées à des fuites physiques, il s’agit plutôt des consommations non facturées. Les réduire permet d’augmenter le chiffre d’affaires. Elles peuvent être regroupées dans les catégories suivantes en rapport à leur origine :

–          imprécision des compteurs  d’abonnés ;

–          erreurs dans le processus de traitement des données et de facturation ;

–          compteurs bloqués, non accessibles ;

–          fraudes ;

–          branchements illégaux.

Pourquoi la réduction des pertes d’eau ?

Face à la rareté de la ressource en eau, doublée de la demande sans cesse croissante, une gestion optimale de cette ressource s’impose. Ainsi, la réduction des pertes d’eau doit permettre :

–          une plus grande couverture des besoins des populations en eau potable,

–          une économie financière sur la production d’eau, la croissance des ventes,

–          de différer les investissements visant à mieux répondre à la demande en eau,

–          une préservation de la ressource en eau pour les générations futures,

–          de réduire l’impact environnemental dû à l’activité de production et de distribution d’eau potable.

Actions menées à ce jour par l’ONEA pour réussir son Projet RPE

La réussite du Projet de réduction des pertes d’eau est d’une importance capitale pour l’ONEA. Tout en invitant toutes les unités organisationnelles à y adhérer, les actions significatives déjà menées sont :

–          l’élaboration d’un document de Stratégie d’amélioration de la gestion des réseaux d’AEP axé sur la réduction des pertes d’eau ;

–          l’élaboration d’un plan d’action opérationnel 2012-2015 de réduction des pertes d’eau ;

–          la mise en place d’une section RPE  à la Direction de l’exploitation ;

–          la mise en place de 4 cellules régionales « Réduction des Pertes d’Eau » ;

–          la mise en place d’un système de gestion intelligente de la pression à Ouagadougou ;

–          l’acquisition d’équipements (recherche de fuites, mesures de débits et de pressions, matériels topographique et de SIG, etc.)

–          Au 30 septembre 2013, le rendement de réseau était de 83,3 % contre 82,1 % en 2012 grâce aux effets conjugués de toutes ces actions.

Missions de la section RPE

Les missions de la section RPE se résument comme suit :

–          appui à l’établissement du bilan d’eau et à la connaissance du fonctionnement des réseaux ;

–          appui au diagnostic des systèmes d’AEP ;

–          conduite des opérations de recherche de fuites ;

–          suivi de la qualité du parc de compteurs de production ;

–          appui au suivi des systèmes de gestion de la pression ;

–          appui aux cellules regionales de réduction des pertes d’eau dans la mise en oeuvre du plan d’action prioritaire de réduction des pertes d’eau ;

–          suivi de la mise en oeuvre du plan d’action prioritaire de réduction des pertes d’eau ;

–          élaborer des rapports d’avancement.

Mots d’un collaborateur ONEA

« Je suis un maillon important de la RPE : quand je vois une fuite d’eau dans la rue, je m’engage fortement jusqu’à son isolation et sa réparation ! Et je suis fier de ma participation à cela. Quand l’eau coule c’est notre image qui est salie et cela me touche beaucoup ».

La RPE est une entreprise difficile, un défi et nous y sommes engagés pour gagner et aller de l’avant. C’est pourquoi un appel est lancé à l’endroit de tous les collaborateurs afin qu’ils s’impliquent, chacun à son niveau d’intervention, pour relever ce défi.